Sexe fanfiction sexe chatte

sexe fanfiction sexe chatte

On me mis alor une sorte de mouchoir sur le nez puis trou noir. Lorsque je me suis réveillé j'étais attaché a un lit. Et en face de moi , un magnifique jeune homme qui était en train de regarder ma chatte. Il ne remarqua pas que j'étais réveiller. Ne sois pas énerver ma pupuce! Je veux te faire rien que du bien! Il vient vers moi, écarte plus mes jambes qu'elles ne l'étaient déja.

Oooh mais quesque vous faites? Il commença par faire de petit bisous dessus et respirait super fort. Ce qui me donna plusieurs frissons! Aah sniif Mmmmh je haaa. Mmmh snif Aaah sniiif Ouuuch. Il commença a me donnez des violents coup de langue et a m'aspira la chatte. T'en veux plus a ce que jvois?!?! Il retira ensuite son pantalon et son boxer. Petite mais super grooosse! Waaaw du jamais vu! Puis par mettre des petits coups de langue sur son gland.

Aaah vas y rentre le dans oooh ta bouche de mmmmmh de grosse pute! Je mis alors son engin entier dans ma bouche puis fis des vas et viens. Il prit mes cheveux et empoigna ma tête dans sa bite. Il me retourna et enfonça sa bite dans ma chatte. T'inquiète pas après tu vas kiffer s'peçe de pute! Une fois que nous eûmes tous les deux l'extase. On s'endormit sa tête sur ma chatte et ma main dans ses cheveux.

Sa respiration était saccadée. Je retirai le seul vêtement qu'il me restait et je me mis à califourchon au dessus de son entre jambe, m'asseyant sur sa bite sans non plus y reposer de tout mon poids. Je pris soin de faire glisser mes lèvres tout le long de sa longueur. Je commençai de long vas et viens le long de son sexe, il déposa ses mains sur mes hanches et lorsque je pris l'initiative d'accélérer mes mouvements il resserra son emprise autour de moi.

J'accentuai mes vas et viens au niveau de son gland sachant qu'il avait l'air très sensible à ce niveau là. Ça n'a pas louper car après quelques secondes je pouvais l'entendre gémir plus fort et respirer difficilement, il commençait à gigoter et à ne pas savoir comment se mettre. Soudain s'entend qu'il allait venir, il me pris part les hanches et me retourna de façons à se que je me retrouve allongé sur le dos. Je commençais à m'impatienté et je gémissais de frustration en remontant mon bassin pour lui indiquer que je voulais qu'il s'occupe de moi.

Tu vas adoré ça chérie. Il lécha ma fente, remonta jusqu'à ma mon clitoris, l'aspira et le relâcha en faisant de petits mouvements circulaire avec sa langue dessus, la pressant contre mon bouton. Je ne pouvais retenir mes gémissements face au plaisir qu'il me donnait. Il lécha ma fente une nouvelle fois.

Je commençai à me déhancher un petit peu face à ses caresses et je passai ma main dans ses cheveux et derrière sa nuque pour le sentir plus près de moi. Ses mouvements se faisaient de plus en plus intenses et de plus en plus rapides, ça devenait insoutenable, ma respiration se saccadait ma tête commençait à tourner, ça y est je perdais le contrôle.

J'accélérai encore une fois mon action sur son intimité afin de la mettre à bout comme elle avait fait pour moi précédemment.

Elle perdait pied et resserrait ses cuisses autour de ma tête pour que j'arrête tous mouvements voyant qu'elle allait venir. Mais au contraire je resserrai mon emprise autour d'elle en allant toujours plus vite et en appuyant un peu plus fort avec ma langue sur son clitoris.

Je caressais sa petite chatte avant de remonter vers elle tout doucement, j'en profitais pour embrasser ses seins et sucer ses tétons qui pointaient à présent. Je nichai ma tête dans son cou en embrassant chaque parcelle de celui ci. Je suçai sa peau afin d'y laisser une trace violette, mon dieu qu'elle sent bon! Elle passa une main dans mes cheveux et attrapa mon visage pour pouvoir poser ses lèvres sur les miennes, j'aimerais vraiment que ce moment ne se termine pas.

Mais je sentais ma bite frotter contre sa cuisse, ce qui me donnait vraiment envie de la baiser là tout de suite. Pendant que je continuais de l'embrasser je remontais ses cuisses, les écartant à nouveau je me positionnais à l'intérieure. Je pris ma queue en main et je déposais ma verge sur son clitoris, je crois que je n'ai jamais vu mon gland aussi gonfler.

Mon érection devenait vraiment douloureuse, c'est la première fois que ça me fait ça. Dire que je n'ai même pas vu son visage, mais belle ou moche, cette fille m'excite de trop. Je commençai à faire de petits mouvements circulaires avec ma verge sur son clito qui lui aussi était gonflé de désir. Je la voyais qui commençait à s'impatienter et j'adorais ça, j'adorais savoir qu'elle était impatiente que je la pénètre. Je continuais à bouger ma bite contre son sexe pendant qu'elle donnait de petits coups de bassin pour me faire réagir.

Moi aussi j'étais complètement impatient de me sentir en elle, je voulais la baiser profond, là, maintenant mais je voulais aussi qu'elle me dise qu'elle me voulait, qu'elle avait envie de moi. Elle se faisait de plus en plus impatiente et je voyais bien qu'elle n'allait pas tenir longtemps.

Je me penchais vers elle pour l'embrasser tendrement, je pourrais jurer qu'elle allait péter un câble face à la lenteur de mes gestes. Elle mis fin au baisé et agrippa ma nuque pour me chuchoter quelques chose à l'oreille. Tu t'en sens capable bébé? Je lui laissa un moment pour s'y adapter pour pouvoir mieux la baiser ensuite. J'alla picorer ses lèvres pendant qu'elle posait ses mains sur mes fesses pour qu'on soit encore plus proche l'un de l'autre. Elle enroula ses petites jambes autour de ma taille ce qui m'indiqua qu'elle en attendait plus de moi.

Je commençais de lent vas et viens tout en l'embrassant et en malaxant ses seins. J'avais pas besoin de lumière pour voir qu'elle était extrêmement bien foutu, bonne paire de sein, ventre plat, p'tit cul parfaitement rebondie. Je crois que j'aurais pas pu mieux tomber.

Mais j'en attendais beaucoup plus de sa part, je voulais qu'elle jouisse comme jamais. J'accélérais mes coups de butoirs en agrippant ses hanches pour coller nos corps.

Elle enroula ses bras autour de mon cou cherchant un contact avec mes lèvres, je ne lui laissais pas le temps et l'embrassais, glissant ma langue contre la sienne. Le baisé s'intensifia pendant que je rentrai toujours plus vite et toujours loin en elle. Je pouvais sentir mes couilles claquer contre ses fesses se qui m'arracha un long gémissement. Voyant que je commençais à perdre littéralement mes moyens, je décidai de changer de position sachant que si on aurait continué comme ça je n'aurais pas tarder à me déverser en elle.

Je la soulevai pour m'allonger sur le dos à la place où elle se trouvait quelques secondes plutôt. Elle vint s'asseoir dos à moi sur mon ventre en prenant ma bite dans sa main droite. Je ne sais pas pourquoi mais cette position m'excite vraiment énormément, sans doute le fait qu'elle ait ma queue en main sans que je puisse savoir ce qu'elle à l'intention de faire.

Je me mordis la lèvre inférieur pour masquer mes gémissements, je l'a sentis diriger mon sexe verge son vagin et positionner ma verge dans son entrée. S'en était trop pour moi, j'avais besoin de la sentir, de la baiser, je commençais à perdre mes moyens et sans me contrôler je fis rentré violemment et profondément ma queue en elle en donnant un grand coup de bassin ce qui lui arracha un cri.

Je regrettais immédiatement de ne pas avoir su me contrôler, j'avais peur de lui avoir fait vraiment mal même si moi ça fait extrêmement de bien. Je me retirais d'elle aussitôt et me redressais de façons à encercler sa taille de mes bras et en embrassant à plusieurs reprises son épaule le temps qu'elle se remettre de ce qui venait de se passer. Je mis fin au baisé alors qu'elle était assise sur mes genoux, son dos contre mon torse.

Je passai mes mains sur son ventre et le caressa puis les fis descendre au niveau de son entre jambe et écarta ses cuisses de façons à présenter ma bite vers son entrée. Je ne pus pas attendre plus longtemps et la pénétrai avec la même intensité que précédemment, elle cria et je ne pus retenir un lourd gémissement de sortir de ma bouche.

Putain ce que ça fait du bien! Je me retirai et rentra à nouveau en elle. Je me positionnai entre ses cuisses à nouveau, les écartant un peu plus et remontant une de ses jambes vers elle puis cala son genou sur mon épaule pour avoir plus d'emprise sur elle et pouvoir la pénétrer plus facilement. Je commençai mes vas et viens mais voyant qu'elle arrivait à contenir ses gémissements je me collai un peu plus à elle et j'accélérai mes mouvements.

Elle s'agrippa à mon dos et je pouvais sentir son souffle haletant contre mon visage ce qui avait le don de m'excité d'avantage. J'allais toujours plus vite et mes couilles claquaient contre ses fesses, on gémissait à chaque coups de butoir face au plaisir que ceux-ci nous procuraient.

C'était tellement bon que je sentais qu'il ne faudrait pas longtemps avant que je me déverse en elle. Elle commença à s'agiter légèrement et ses gémissements s'intensifièrent. Soudain, je sentis ses parois se resserrer autour de ma queue, l'entourant étroitement. Tellement la sensation était forte je ne pus m'empêcher de me retirer, surpris par ce qu'il venait de se passer.

Sans attendre je pris un rythme très rapide en tenant ses hanches fermement afin d'aller toujours plus vite. Je la sentis se resserrer à nouveau, putain qu'est-ce qu'elle est bonne! Elle agrippa mes bras, ne sachant pas à quoi s'accrocher. Je la culbutai toujours plus fort, toujours plus loin.

Elle gémissait super fort et voyant que c'était moi qui lui faisait ressentir tout ça j'esquissai un sourire. J'étais en pleine extase. Je ne pus m'empêcher d'aller encore plus vite même si j'étais à bout de de force, le souffle couper par mes gémissements et le corps en sueur. Mais je ne pouvais plus m'arrêter, j'avais l'impression de plus rien contrôler. Je ne saurais pas vraiment comment décrire cette sensation. C'est un peu comme quand on a une piqûre de moustique, ça nous démange, on gratte un peu, puis on finit par ne plus pouvoir s'arrêter tellement ça fait du bien, cette sensation de soulagement extrême.

A ce stade je n'avais même plus la force de me retirer, j'allais la baiser jusqu'au bout. Ses parois se resserrèrent de nouveaux autour de ma bite pendant qu'elle jouissait en agrippant mes fesses et cette fois-ci je ne pouvais plus faire demi-tour, j'irai jusqu'au bout.

En la sentant se resserrer autour de moi, se fut trop pour moi et je me déversai en elle en plongeant ma tête dans cou tout en poussant un gémissement long et rauque. Je m'écroulai sur elle, à bout de souffle et tentai de reprendre une respiration régulière pendant qu'elle passait sa main dans mes cheveux trempé.

Je comptais juste la baiser vite fais bien fais mais là j'avais vraiment du mal à me remettre de ce qui venait de se passer, mon premier orgasme Pourtant je me sens si bien là, maintenant, à côté d'elle, sa tête sur mon torse.

...

Viol sexuel sexe arabe gratuit

Je ne comprenais pas ce qu'il faisait là s'il ne me baisait pas je ne voulais pas goûter mais prendre mon pied avec lui!!! Déshabille-toi et installe toi sur le plan de travail. Je ne comprenais pas très bien mais je lui obéis heureuse que l'on fasse quelque chose chez moi. Il mis le coulis au chocolat au micro-ondes et s'approcha de moi. J'étais complètement nue devant lui. Il me caressa la joue et me dit: Il s'exécuta, je ne voyais plus rien et j'étais en alerte, je mouillais déjà rien qu'à l'idée d'être baisée sur ma cuisine!

Le micro-ondes sonna et j'entendis Lucas prendre le coulis en main et trafiquer je ne sais quoi dans la cuisine en ouvrant des tiroirs puis il me dit: Putain il avait des idées de génie! Puis tout à coup il me mis quelque chose de froid sur le haut de mon sexe et par-dessus le coulis de chocolat qui coulait maintenant vers mon intimité: Le mélange chaud-froid sur moi était délicieux, je pliais les genoux et le coulis descendit sur mes lèvres intimes avec la glace par-dessus c'était sensationnel et je n'avais encore rien sentit.

Maintenant voyons s'il a bon goût! Et là il commença à lécher mes seins enlevant le chocolat, il descendit vers mon ventre Il passa sa langue vers le haut de mon sexe où se trouvait la glace à la vanille puis il descendit vers mes lèvres intimes et me goûta! Il mis sa langue en moi et commença à goûter ma semence!

Je m'accrocha à la table tellement les sensations étaient fortes! Putain putain putain quel goûter fantastique!

Les tartines de Nutella sont de la merde à côté de ce que je suis en train de vivre! Il remonta sa langue lentement, léchant mon clitoris et le mordillant légèrement Je riais, c'était sortit tout seul! Il remonta encore et il s'attarda sur mes seins. Je sentis couler sur moi la glace et le chocolat chaud Il le compris car il m'embrassa et je pus goûter ce mélange drôlement bon!

Il finit de déguster mes seins et fit couler le chocolat sur mon entre-jambes! C'était chaud mais agréable! Il suçait mon clitoris en levant tout le chocolat je pense car j'avais toujours les yeux bandés. C'était très excitant, je ne pu m'empêcher de gémir. Je n'allais plus tenir s'il continuait c'était divin!

Je m'agrippais plus fortement à la table, j'avais des milliers de sensations dans le bas ventre. Puis il se repositionna sur mon clitoris et inséra un doigt en moi, évidemment il glissait tout seul j'étais plus que mouillée si ça pouvait exister!

Tout est à vous! Il inséra un deuxième doigt puis un troisième tout en jouant avec mon clitoris! J'allais venir, oui parce que c'était trop trop bon! Et là je criais de toutes mes forces! Ça avait été merveilleux! Il tira mes jambes pour que je sois plus près du bord et me prit violement! Sa grosse queue était en moi à présent! Il poussa tellement fort en moi que cela me fit reculer. Ça va être encore plus fort qu'hier soir! Je vais te baiser violemment Sam j'en ai besoin tu comprends?

Je voulais lui dire que ce n'était pas possible de baiser plus fort qu'hier soir mais je n'eu pas le temps de répondre qu'il me tira très fort contre lui au moment où il rentrait sa hampe en moi! Et bien j'avais bien fait de fermer ma gueule, c'était plus fort que la veille et tellement mieux! Il prit mes hanches et me baisa très fort et très vite! Il me donnait des coups de queue vraiment puissants!

Elle est parfaite monsieur, je l'adore! Je jouissait pour la deuxième fois de l'après-midi. Il sortit brutalement de ma chatte en effervescence, je l'entendit retirer sa capote et là il s'approcha de ma bouche. C'est ce que je fis. C'était la première fois que je taillais une pipe à un homme et le fait de ne rien voir me soulageait. J'ouvris ma bouche et il glissa sa queue à l'intérieur. Mon dieu qu'elle était grosse, je faisais des va-et-vient mais je n'arriva pas à tout rentrer. Je jouais avec ma langue sur sa verge.

Je l'entendis soupirer de plaisir, je continuais donc mes petits manèges. Continue avec ta langue. J'obéis en bonne soumise que j'étais! J'accentuais mes mouvements et je décidais de mordiller sa queue légèrement. Il ne lui en fallut pas plus, il déversa son sperme dans ma bouche! Je ne savais pas si je devais avaler et il comprit. J'avala et en fait sa semence était délicieuse. Je l'entendit se rhabiller, je n'osais pas bouger, il ne me l'avait pas demander.

Soudain je ne l'entendit plus puis 10 secondes plus tard il revint et m'enveloppa d'une serviette de bain. Il enleva le bandeau que j'avais sur les yeux et je fus assaillie par la lumière du jour. Je plissais les yeux, mais je m'habituais petit à petit à cette clarté.

Je pivotais ma tête vers Lucas qui s'assit sur le plan de travail à côté de moi. Sur les bords du plan il y avait du chocolat et de la glace qui avait coulé de mon corps, c'était le bordel dans la cuisine il fallait que je fasse le ménage. Il le remarqua aussi et me dit: Ça en valait la peine monsieur! C'était le meilleur goûter de ma vie Sam merci d'avoir joué le jeu! Je suis ta soumise, je me plis à tes règles.

Il avait un sourire magnifique, il m'éblouissait. Je hochais la tête et l'accompagnais vers la sortie toujours en serviette. Un jour sans lui, sans qu'il me touche, sans le sentir en moi allait être un calvaire! Il ouvrit la porte et partit. Je refermais la porte et examinais la cuisine, il y en avait partout mais j'avais eu une baise terrible avec lui. Il m'avait laissé la glace et le chocolat en souvenir de lui. Je plaçais la glace au congélateur et partit de suite à la douche parce que je collais un peu La journée du mercredi avait été un vrai calvaire.

Je n'avais pas croisé Lucas de toute la journée, ni le soir à mon travail et vu que l'on ne s'était échangé aucun numéro, il était impossible de le joindre pour une belle partie de baise! Putain, j'étais blasée et carrément en manque de sexe!

Il était ma dose d'héroïne et je ne l'avais pas eu aujourd'hui. Je lui réserverais une petite surprise demain pour lui montrer à quel point il m'avait manqué Désolé pour cette attente, j'espère vous avoir excité e s Comment Don't forget that insults, racism, etc. We need to verify that you are not a robot generating spam. Il degrfa mon sous tif et pris mon tétons dans sa bouche.

Il me laissa sur le lit et se déshabilla, enlevant son jean qui devait le serrai vu son sexe dressé. Il enleva son caleçon, et s'approcha de moi. Je le regarda avec un sourire malicieux. Je me pencha vers l'entre jambe t pris son penis dans mes mains. Je fit des mouvements lents du poignet, et gratta avec mon ongle la pointe de son gland.

Cherche pas la merde. Je rigola, ne le prenant pas au sérieux sachant que tous ce qu'il pouvait me faire sexuellement m'irai. Je lécha son pénis, et le fit rentrer dans ma bouche. J'entama des mouvements de va et viens. Je lécha ses testicules et revient sur son pénis. Je me leva et regarda Dorian dans les yeux.

Jvais te baiser, salope. Je lui fit un sourire qui montrer que je n'attendait que ça. Il me poussa sur le lit et j'écarta les jambes. Il m'enlava ma mini-jupe, et mon string. Me laissant pour seul habit, celui de Eve. Il se cala contre moi, je sentit son pénis contre ma féminité. Dorian me lécha mes seins puis il prit mon tétons dans sa bouche.

J'échappa un soupir de contentement, et prit en main mon deuxième sein que je malaxa. Il me lacha et me regarda en souroant. Il me fit relever et se coucha. Je m'assis au dessus de son pénis, et emmena son sexe jusqu'à l'ouverture de mes fesses. Je le fit rentrer et m'asseya completementen poussant un cri car sa virilité touchait le fond. Il m'attrapa par les hanches et m'accompagna dans ms mouvements de va et vient.

Je vriai de plus en plus. Il me retrourna et m'écarta les jambes. Il fit penetrer sa virilité dans ma féminité. Il fit des mouvements de va et viens en moi, et je poussa un cri. Un liquide coula en moi, et quand il s'enleva, je me releva, et le liquide descendit le long de mes jambes. Dorian lecha le liquide. Je ne savais pas que j'ai si bon gout. Je rigola, et puis il se branla au dessus de moi. Je me mits sous son pénis pour rattraper tout ce qu'il gaspiler.

Puis il se rabhilla, et me donna un billet de 50 euro. Non, je vais en cour. Il me regarda taquin, et ecrivit son numero et me le donna. En se parlant on se donnera du plaisir. Je me rabhilla, et sortit du compartiment. Je partit en haut, et monta les escaliers avant d'ouvrir la porte du patron.

Il était nu comme un vers, et il me regarda avec plaisir. Je eux voir si tu es assez forte pour ici. Je me deshabilla, et il me regarda. Son sexe était deja dressé, e il était essouflé.

Je pense qu'il venait d'essayer avec Capu', mais je ne sais pas si je suis cpable de le faire deux fois. Il a du remarquer le fond de mes pensées car il dit. Une bonne prostitué peut lle faire plusieurs fois a la suite. Alors il alluma une musique douce et sensuelle et s'approcha de moi. Le patron avait bien 50 ans, mais il avait son charme. Il est franc et ne pense qu'a baiser ce qu'il me plait.

Je lecha mon doigt, et je me colla a lui. Je posa ma main sur son torse, mit mon bras libre derrière sa nuque et l'entraina dans une danse. Je me frotta un peu a lui, et je l'embrassa.

Je fit un passage avec ma langue, et toucha la sienne, il envoya sa salive dans ma bouche que j'avala, et cracha a mon tour. Nos langues dansaient ensemble. Je lui mordis sa levre inferieures et la tira vers moi. Puis il sortit salangue, et je sortit la mienne nos langues se touchaiennt et dansaient encore plus.

Puis il posa une de ses mmains sur mes fesses. Je continua a me frotter a lui. Son sexe pointait, alors je decendis ma main.

Je pris son sexe dure entre mes mains, et fit des mouvements de va et vients avec le po8gnet. Je m'agenouilla, et lecha son penis. Il posa ses mains sur mes seins, et me pinca mes tetons. Ce que je comptais bien faire. Je le lecha jusqu'a ce qu'un liquide sortit.

Puis je m'assis sur une chaise en ecartant les jambes. Je me toucha ma chatte, pris la semence car je mouillais et la porta a ma bouche. Il s'agenouilla, et enfonca sa tete dans ma chatte.

Il me lecha, et fit rentrer sa langue dans mon vagin. Je posa mes mains sur sa tête, et appuya pour le forcait à appuiyer. Il me mordit le clitoris, et se releva. Il me tira en avant violamment et il me retourna. Je me mits a quatre patte, et il rentra violamment en moi.



sexe fanfiction sexe chatte

Mais il recommença à entrer et sortir de moi et la douleur refloua. Mes doigts agrippèrent ses cheveux fermement alors que je chuchotais à son oreille.

Je gémis, mon gémissement ressemblant presque à un cri, le mur rugueux frottant contre ma peau. Mais je m'en moquais. Tout ce dont j'avais besoin c'était lui, Edward. Il claquait à l'intérieur de moi, ses mains chaudes pressant mes fesses.

Un cri d'extase s'échappa de ma gorge, mon dos s'arquant encore plus. Mes parois se resserrèrent étroitement autour de son membre, le pressant. Je me sentais comme si mon cerveau était en train de s'éreinter par le plaisir déferlant à travers moi.

Edward accéléra le rythme, s'enfonçant plus vite en moi alors que je criais quand un double orgasme me frappa simultanément. Je l'entendis gémir alors qu'il laissait échapper un grondement érotique de sa poitrine. Ses yeux se fermèrent alors qu'il se calmait à l'intérieur de moi. Mais ce n'était pas assez pour moi. Je le désirais ardemment. Comme une drogue, et j'avais besoin de plus. Il sortit de moi, posant mes pieds en douceur sur le sol.

Mes genoux tremblaient dangereusement, mais je réussissais à rester debout. Edward se débarrassa de son préservatif usagé — et je ne savais pas comment j'avais fais mais… — et je le fis s'allonger sur le dos au milieu du plancher de mon salon. Mon désir me rendait plus courageuse, moins timide. Atteignant la poche, je ressortis un autre paquet carré.

Subitement, mon anxiété me rattrapa. Je le voulais si fort, mais je n'avais jamais fait cela avant. Ouvrant avec soin l'emballage, je sortis le préservatif en latex.

Edward avait les bras derrière la tête, me regardant. M'agenouillant devant lui, je serrais le préservatif dans ma main et me penchais vers le bas. Il cessa de respirer complètement quand je plaçais un chaste baiser sur le gland de son pénis.

Un grondement sourd s'échappa de ses lèvres. Je me concentrais sur son membre, dur une fois encore. Je ressentais mon inexpérience, maintenant plus que jamais — je ne savais pas ce que j'étais censée faire, ce qu'il aimait. Le mieux que j'avais à faire était de me laisser guider par mon instinct. Je fis glisser ma langue sur son gland, de façon hésitante, le goûtant. Je découvris que lorsque je bouchais la fente de son pénis avec ma langue, il grognait de plaisir.

Je léchais la longueur de son manche avant de sucer profondément la tête. Pourquoi aimais-je le fait qu'il était en train de blasphémer?

Quand je raclai mes dents sur sa longueur, ses hanches s'arquèrent vers moi et ma bouche, touchant le fond de ma gorge. Il haleta, ses mains serrant mes cheveux. Il avait meilleur goût que tout ce que j'avais déjà mangé. Mes yeux se fermèrent alors que je luttais pour ne pas jouir dans sa bouche.

Je ne savais pas si elle était prête pour ça, si elle était prête à goûter ma semence. La plupart des femmes n'avalait pas — j'avais appris cela par expérience. Evidemment, Bella ne le serait pas non plus. Sa petite et chaude langue s'enroulait autour de ma bite, se mouvant dans un mouvement de va-et-vient, de plus en plus vite.

Elle me suçait comme un bâtonnet de glace, et je ne pus me retenir plus longtemps. Je vins violement, me libérant dans sa bouche, par-à-coups longs. Avec mes yeux fermés, je ne pouvais pas la voir.

Mais je sentis sa gorge se resserrer quand elle avala mon sperme … chaque bouchée de ça. Oh, putain, j'étais foutu. Luttant pour ouvrir les yeux, je vis qu'elle me regardait avec une expression insondable.

Sa bouche était à quelques centimètres de ma bite ramollissante. Tout à coup, j'étais de nouveau dur. Ma queue défiait toutes les lois de la science. Je ne devrais pas être déjà dur. Dur, comme un putain de roc. Je l'a regardais avec étonnement. Etait-elle vraiment en train de se poser la question?

J'ai adoré cela, putain. Un sourire fier éclaira son visage. Elle se redressa, et je ne pouvais m'empêcher de regarder ses seins rebondir comme des poires pâles, mûres pour la cueillette. Puis elle prit le préservatif dans sa main et le mis correctement sur mon sexe. Ses ongles éraflèrent légèrement ma queue et je siflais. Son cri résonna dans mes oreilles. Elle se voûta, son corps se raidissant, et elle rejeta sa tête en arrière. Mon entrée en elle n'avait pas été douce.

En fait, ça avait été si rude que c'en était presque brutal. Je serrais les dents, obligeant mes yeux à rester ouvert afin que je puisse regarder cette belle femme me chevauchant. Tenant fermement ses hanches dans mes doigts, je commençais à lui imprimer un mouvement.

Sa chatte se crispa fermement autour de ma bite. Elle commença à me chevaucher plus fort, comme si j'étais un cheval. J'étais tellement en train de blasphémer dans mon esprit, que cela en devenait ridicule. J'aurais besoin de le purifier après avec du savon peut-être. Ses seins rebondissaient délicieusement, ses mamelons sombres, serrés et durs.

Je serrais ses tétons grossièrement, les pinçant et roulant ses bourgeons roses entre mon pouce et mon index. Je l'aidais à aller plus vite, en utilisant mes mains sur ses hanches brûlantes. Désireux d'accroitre son plaisir autant que possible, je pris en coupe son petit cul de pêche, enlevant ma bite de sorte que seule le gland reste à l'intérieur d'elle.

Même avec toutes les heures de fou que j'avais passé à travailler, garder mes bras tendus avec son poids et l'angle, c'était impossible. Les parois de sa chaude et serrée chatte se resserrèrent sur ma queue alors qu'elle venait violemment.

Son cri de pure joie était ma récompense. La main de Bella gratta ma poitrine, ses yeux se fermant. Sa chatte trempée et la façon dont ses petits seins ronds s'intégraient parfaitement à ma main étaient trop pour moi. Un grognement sauvage s'échappa de ma poitrine alors que je me libérais dans le préservatif. Elle retomba contre mon corps, se couchant sur moi. Je sortais d'elle, jetant le préservatif dans la poubelle qui se trouvait à proximité, fort heureusement. Enroulant mes bras autour d'elle, je la pris délicatement dans mes bras.

Le sol n'était pas l'endroit le plus agréable pour passer la nuit. Je l'allongeais sur le lit moelleux. Elle me souriait doucement alors que je me couchais à côté d'elle. Je pouvais dire de par le regard qu'elle me lançait au travers de ses yeux chocolat que ses sentiments pour moi étaient en train de s'approfondir. Un bonheur étranger m'envahi le corps, réchauffant ma peau froide. Presque instantanément, la peur éclipsa le bonheur. Je compris que mes propres sentiments étaient le simple miroir des siens.

Je n'étais pas sûr d'avoir la force de rester éloigner d'elle, émotionnellement, si je conservais notre relation physique. Sa main bougea pour prendre la mienne doucement, la douceur de sa peau envoyant des frissons dans tout mon corps. Ils ont une grande roue, des jeux et tout.

Je me demandais si tu aimerais être ma cavalière. Le sourire qui ornait son visage s'élargit. J'enveloppais mes bras autour de sa taille, l'a tirant contre mon corps d'une manière qui n'avait rien de sexuelle. Je voulais simplement être près d'elle, sentir sa peau contre la mienne. Posant un baiser sur son front, je respirais la magnifique odeur de la chose la plus éclatante sur Terre — ma Bella endormie.

Alors comment avez-vous trouvé ce chapitre? J'ai perdu personne en route? Notre petite Bella sort de sa timidité. N'oubliez pas le petit bouton vert en bas, il n'attend que vous!!! Pour le prochain chapitre, prévoyez des glaçons. Il y aura aussi du lemon et vous allez enfin savoir comment Edward en est arrivé à faire ce travail.

Just In All Stories: Story Story Writer Forum Community. Edward Cullen a deux emplois: Puis elle découvre que c'est son nouveau jouet Tu vas adoré ça chérie. Il lécha ma fente, remonta jusqu'à ma mon clitoris, l'aspira et le relâcha en faisant de petits mouvements circulaire avec sa langue dessus, la pressant contre mon bouton.

Je ne pouvais retenir mes gémissements face au plaisir qu'il me donnait. Il lécha ma fente une nouvelle fois. Je commençai à me déhancher un petit peu face à ses caresses et je passai ma main dans ses cheveux et derrière sa nuque pour le sentir plus près de moi.

Ses mouvements se faisaient de plus en plus intenses et de plus en plus rapides, ça devenait insoutenable, ma respiration se saccadait ma tête commençait à tourner, ça y est je perdais le contrôle. J'accélérai encore une fois mon action sur son intimité afin de la mettre à bout comme elle avait fait pour moi précédemment.

Elle perdait pied et resserrait ses cuisses autour de ma tête pour que j'arrête tous mouvements voyant qu'elle allait venir. Mais au contraire je resserrai mon emprise autour d'elle en allant toujours plus vite et en appuyant un peu plus fort avec ma langue sur son clitoris. Je caressais sa petite chatte avant de remonter vers elle tout doucement, j'en profitais pour embrasser ses seins et sucer ses tétons qui pointaient à présent.

Je nichai ma tête dans son cou en embrassant chaque parcelle de celui ci. Je suçai sa peau afin d'y laisser une trace violette, mon dieu qu'elle sent bon! Elle passa une main dans mes cheveux et attrapa mon visage pour pouvoir poser ses lèvres sur les miennes, j'aimerais vraiment que ce moment ne se termine pas. Mais je sentais ma bite frotter contre sa cuisse, ce qui me donnait vraiment envie de la baiser là tout de suite. Pendant que je continuais de l'embrasser je remontais ses cuisses, les écartant à nouveau je me positionnais à l'intérieure.

Je pris ma queue en main et je déposais ma verge sur son clitoris, je crois que je n'ai jamais vu mon gland aussi gonfler. Mon érection devenait vraiment douloureuse, c'est la première fois que ça me fait ça. Dire que je n'ai même pas vu son visage, mais belle ou moche, cette fille m'excite de trop. Je commençai à faire de petits mouvements circulaires avec ma verge sur son clito qui lui aussi était gonflé de désir. Je la voyais qui commençait à s'impatienter et j'adorais ça, j'adorais savoir qu'elle était impatiente que je la pénètre.

Je continuais à bouger ma bite contre son sexe pendant qu'elle donnait de petits coups de bassin pour me faire réagir. Moi aussi j'étais complètement impatient de me sentir en elle, je voulais la baiser profond, là, maintenant mais je voulais aussi qu'elle me dise qu'elle me voulait, qu'elle avait envie de moi.

Elle se faisait de plus en plus impatiente et je voyais bien qu'elle n'allait pas tenir longtemps. Je me penchais vers elle pour l'embrasser tendrement, je pourrais jurer qu'elle allait péter un câble face à la lenteur de mes gestes. Elle mis fin au baisé et agrippa ma nuque pour me chuchoter quelques chose à l'oreille. Tu t'en sens capable bébé? Je lui laissa un moment pour s'y adapter pour pouvoir mieux la baiser ensuite.

J'alla picorer ses lèvres pendant qu'elle posait ses mains sur mes fesses pour qu'on soit encore plus proche l'un de l'autre. Elle enroula ses petites jambes autour de ma taille ce qui m'indiqua qu'elle en attendait plus de moi. Je commençais de lent vas et viens tout en l'embrassant et en malaxant ses seins. J'avais pas besoin de lumière pour voir qu'elle était extrêmement bien foutu, bonne paire de sein, ventre plat, p'tit cul parfaitement rebondie.

Je crois que j'aurais pas pu mieux tomber. Mais j'en attendais beaucoup plus de sa part, je voulais qu'elle jouisse comme jamais. J'accélérais mes coups de butoirs en agrippant ses hanches pour coller nos corps. Elle enroula ses bras autour de mon cou cherchant un contact avec mes lèvres, je ne lui laissais pas le temps et l'embrassais, glissant ma langue contre la sienne.

Le baisé s'intensifia pendant que je rentrai toujours plus vite et toujours loin en elle. Je pouvais sentir mes couilles claquer contre ses fesses se qui m'arracha un long gémissement. Voyant que je commençais à perdre littéralement mes moyens, je décidai de changer de position sachant que si on aurait continué comme ça je n'aurais pas tarder à me déverser en elle. Je la soulevai pour m'allonger sur le dos à la place où elle se trouvait quelques secondes plutôt. Elle vint s'asseoir dos à moi sur mon ventre en prenant ma bite dans sa main droite.

Je ne sais pas pourquoi mais cette position m'excite vraiment énormément, sans doute le fait qu'elle ait ma queue en main sans que je puisse savoir ce qu'elle à l'intention de faire. Je me mordis la lèvre inférieur pour masquer mes gémissements, je l'a sentis diriger mon sexe verge son vagin et positionner ma verge dans son entrée.

S'en était trop pour moi, j'avais besoin de la sentir, de la baiser, je commençais à perdre mes moyens et sans me contrôler je fis rentré violemment et profondément ma queue en elle en donnant un grand coup de bassin ce qui lui arracha un cri.

Je regrettais immédiatement de ne pas avoir su me contrôler, j'avais peur de lui avoir fait vraiment mal même si moi ça fait extrêmement de bien. Je me retirais d'elle aussitôt et me redressais de façons à encercler sa taille de mes bras et en embrassant à plusieurs reprises son épaule le temps qu'elle se remettre de ce qui venait de se passer. Je mis fin au baisé alors qu'elle était assise sur mes genoux, son dos contre mon torse. Je passai mes mains sur son ventre et le caressa puis les fis descendre au niveau de son entre jambe et écarta ses cuisses de façons à présenter ma bite vers son entrée.

Je ne pus pas attendre plus longtemps et la pénétrai avec la même intensité que précédemment, elle cria et je ne pus retenir un lourd gémissement de sortir de ma bouche. Putain ce que ça fait du bien! Je me retirai et rentra à nouveau en elle.

Je me positionnai entre ses cuisses à nouveau, les écartant un peu plus et remontant une de ses jambes vers elle puis cala son genou sur mon épaule pour avoir plus d'emprise sur elle et pouvoir la pénétrer plus facilement.

Je commençai mes vas et viens mais voyant qu'elle arrivait à contenir ses gémissements je me collai un peu plus à elle et j'accélérai mes mouvements. Elle s'agrippa à mon dos et je pouvais sentir son souffle haletant contre mon visage ce qui avait le don de m'excité d'avantage.

J'allais toujours plus vite et mes couilles claquaient contre ses fesses, on gémissait à chaque coups de butoir face au plaisir que ceux-ci nous procuraient. C'était tellement bon que je sentais qu'il ne faudrait pas longtemps avant que je me déverse en elle. Elle commença à s'agiter légèrement et ses gémissements s'intensifièrent. Soudain, je sentis ses parois se resserrer autour de ma queue, l'entourant étroitement.

Tellement la sensation était forte je ne pus m'empêcher de me retirer, surpris par ce qu'il venait de se passer. Sans attendre je pris un rythme très rapide en tenant ses hanches fermement afin d'aller toujours plus vite. Je la sentis se resserrer à nouveau, putain qu'est-ce qu'elle est bonne!

Elle agrippa mes bras, ne sachant pas à quoi s'accrocher. Je la culbutai toujours plus fort, toujours plus loin. Elle gémissait super fort et voyant que c'était moi qui lui faisait ressentir tout ça j'esquissai un sourire.

J'étais en pleine extase. Je ne pus m'empêcher d'aller encore plus vite même si j'étais à bout de de force, le souffle couper par mes gémissements et le corps en sueur. Mais je ne pouvais plus m'arrêter, j'avais l'impression de plus rien contrôler. Je ne saurais pas vraiment comment décrire cette sensation.

C'est un peu comme quand on a une piqûre de moustique, ça nous démange, on gratte un peu, puis on finit par ne plus pouvoir s'arrêter tellement ça fait du bien, cette sensation de soulagement extrême. A ce stade je n'avais même plus la force de me retirer, j'allais la baiser jusqu'au bout. Ses parois se resserrèrent de nouveaux autour de ma bite pendant qu'elle jouissait en agrippant mes fesses et cette fois-ci je ne pouvais plus faire demi-tour, j'irai jusqu'au bout.

En la sentant se resserrer autour de moi, se fut trop pour moi et je me déversai en elle en plongeant ma tête dans cou tout en poussant un gémissement long et rauque. Je m'écroulai sur elle, à bout de souffle et tentai de reprendre une respiration régulière pendant qu'elle passait sa main dans mes cheveux trempé.

Je comptais juste la baiser vite fais bien fais mais là j'avais vraiment du mal à me remettre de ce qui venait de se passer, mon premier orgasme Pourtant je me sens si bien là, maintenant, à côté d'elle, sa tête sur mon torse. J'ai la bite en feux. La pièce était plongée dans le noir, je m'étirai par simple réflexe quand soudain je sentis la présence de quelques choses sur ma taille.

Je paniquai et m'écartai de la personne à mes côtés sur laquelle j'étais d'ailleurs allongé. Je n'avais même pas remarqué que j'étais nu, et c'est là que toute les imagines de la nuit dernière me revenaient. Un sourire se plaça automatiquement sur mon visage. Mais en y repensant je préfère qu'il ne me voit pas, je pars aujourd'hui et je suis sûr que je serais vraiment trop mal à l'aise devant lui, ce n'est pas dans mes habitudes de coucher avec des inconnus normalement.

Mais j'en avais tellement envie et je ne regrette rien c'était tellement bon. Je pris l'initiative de rassembler mes vêtements afin de me rhabiller, ce qui était extrêmement compliquer étant donné que j'étais dans le noir.

.





Le sexe zappant celebrite francaise sexe

  • Histoires de sex blague de sex
  • VIDEO SEXE TELE REALITE BLOG SEXE AMATEUR
  • Le sexe Maroc vidéo sexe en streaming
  • Le sexe du robot video des sex
  • 770




Le sexe zappant sexe choc


J'alla picorer ses lèvres pendant qu'elle posait ses mains sur mes fesses pour qu'on soit encore plus proche l'un de l'autre. Elle enroula ses petites jambes autour de ma taille ce qui m'indiqua qu'elle en attendait plus de moi. Je commençais de lent vas et viens tout en l'embrassant et en malaxant ses seins. J'avais pas besoin de lumière pour voir qu'elle était extrêmement bien foutu, bonne paire de sein, ventre plat, p'tit cul parfaitement rebondie.

Je crois que j'aurais pas pu mieux tomber. Mais j'en attendais beaucoup plus de sa part, je voulais qu'elle jouisse comme jamais. J'accélérais mes coups de butoirs en agrippant ses hanches pour coller nos corps. Elle enroula ses bras autour de mon cou cherchant un contact avec mes lèvres, je ne lui laissais pas le temps et l'embrassais, glissant ma langue contre la sienne.

Le baisé s'intensifia pendant que je rentrai toujours plus vite et toujours loin en elle. Je pouvais sentir mes couilles claquer contre ses fesses se qui m'arracha un long gémissement.

Voyant que je commençais à perdre littéralement mes moyens, je décidai de changer de position sachant que si on aurait continué comme ça je n'aurais pas tarder à me déverser en elle.

Je la soulevai pour m'allonger sur le dos à la place où elle se trouvait quelques secondes plutôt. Elle vint s'asseoir dos à moi sur mon ventre en prenant ma bite dans sa main droite.

Je ne sais pas pourquoi mais cette position m'excite vraiment énormément, sans doute le fait qu'elle ait ma queue en main sans que je puisse savoir ce qu'elle à l'intention de faire. Je me mordis la lèvre inférieur pour masquer mes gémissements, je l'a sentis diriger mon sexe verge son vagin et positionner ma verge dans son entrée. S'en était trop pour moi, j'avais besoin de la sentir, de la baiser, je commençais à perdre mes moyens et sans me contrôler je fis rentré violemment et profondément ma queue en elle en donnant un grand coup de bassin ce qui lui arracha un cri.

Je regrettais immédiatement de ne pas avoir su me contrôler, j'avais peur de lui avoir fait vraiment mal même si moi ça fait extrêmement de bien. Je me retirais d'elle aussitôt et me redressais de façons à encercler sa taille de mes bras et en embrassant à plusieurs reprises son épaule le temps qu'elle se remettre de ce qui venait de se passer.

Je mis fin au baisé alors qu'elle était assise sur mes genoux, son dos contre mon torse. Je passai mes mains sur son ventre et le caressa puis les fis descendre au niveau de son entre jambe et écarta ses cuisses de façons à présenter ma bite vers son entrée. Je ne pus pas attendre plus longtemps et la pénétrai avec la même intensité que précédemment, elle cria et je ne pus retenir un lourd gémissement de sortir de ma bouche.

Putain ce que ça fait du bien! Je me retirai et rentra à nouveau en elle. Je me positionnai entre ses cuisses à nouveau, les écartant un peu plus et remontant une de ses jambes vers elle puis cala son genou sur mon épaule pour avoir plus d'emprise sur elle et pouvoir la pénétrer plus facilement.

Je commençai mes vas et viens mais voyant qu'elle arrivait à contenir ses gémissements je me collai un peu plus à elle et j'accélérai mes mouvements. Elle s'agrippa à mon dos et je pouvais sentir son souffle haletant contre mon visage ce qui avait le don de m'excité d'avantage.

J'allais toujours plus vite et mes couilles claquaient contre ses fesses, on gémissait à chaque coups de butoir face au plaisir que ceux-ci nous procuraient. C'était tellement bon que je sentais qu'il ne faudrait pas longtemps avant que je me déverse en elle. Elle commença à s'agiter légèrement et ses gémissements s'intensifièrent. Soudain, je sentis ses parois se resserrer autour de ma queue, l'entourant étroitement.

Tellement la sensation était forte je ne pus m'empêcher de me retirer, surpris par ce qu'il venait de se passer. Sans attendre je pris un rythme très rapide en tenant ses hanches fermement afin d'aller toujours plus vite. Je la sentis se resserrer à nouveau, putain qu'est-ce qu'elle est bonne!

Elle agrippa mes bras, ne sachant pas à quoi s'accrocher. Je la culbutai toujours plus fort, toujours plus loin. Elle gémissait super fort et voyant que c'était moi qui lui faisait ressentir tout ça j'esquissai un sourire. J'étais en pleine extase. Je ne pus m'empêcher d'aller encore plus vite même si j'étais à bout de de force, le souffle couper par mes gémissements et le corps en sueur. Mais je ne pouvais plus m'arrêter, j'avais l'impression de plus rien contrôler.

Je ne saurais pas vraiment comment décrire cette sensation. C'est un peu comme quand on a une piqûre de moustique, ça nous démange, on gratte un peu, puis on finit par ne plus pouvoir s'arrêter tellement ça fait du bien, cette sensation de soulagement extrême.

A ce stade je n'avais même plus la force de me retirer, j'allais la baiser jusqu'au bout. Ses parois se resserrèrent de nouveaux autour de ma bite pendant qu'elle jouissait en agrippant mes fesses et cette fois-ci je ne pouvais plus faire demi-tour, j'irai jusqu'au bout. En la sentant se resserrer autour de moi, se fut trop pour moi et je me déversai en elle en plongeant ma tête dans cou tout en poussant un gémissement long et rauque. Je m'écroulai sur elle, à bout de souffle et tentai de reprendre une respiration régulière pendant qu'elle passait sa main dans mes cheveux trempé.

Je comptais juste la baiser vite fais bien fais mais là j'avais vraiment du mal à me remettre de ce qui venait de se passer, mon premier orgasme Pourtant je me sens si bien là, maintenant, à côté d'elle, sa tête sur mon torse. J'ai la bite en feux. La pièce était plongée dans le noir, je m'étirai par simple réflexe quand soudain je sentis la présence de quelques choses sur ma taille.

Je paniquai et m'écartai de la personne à mes côtés sur laquelle j'étais d'ailleurs allongé. Je n'avais même pas remarqué que j'étais nu, et c'est là que toute les imagines de la nuit dernière me revenaient. Un sourire se plaça automatiquement sur mon visage. Mais en y repensant je préfère qu'il ne me voit pas, je pars aujourd'hui et je suis sûr que je serais vraiment trop mal à l'aise devant lui, ce n'est pas dans mes habitudes de coucher avec des inconnus normalement.

Mais j'en avais tellement envie et je ne regrette rien c'était tellement bon. Je pris l'initiative de rassembler mes vêtements afin de me rhabiller, ce qui était extrêmement compliquer étant donné que j'étais dans le noir. Si la mission avait été un succès le Copy Ninja aurait déjà du être de retour depuis deux ou 3 jours au moins.

Tsunade dont l'inquiétude était grandissante décida qu'il lui fallait envoyer au plus vite une équipe de secours, seulement en ce moment avec le problème de l'Akatsuki la majeur partie des ninja d'élites étaient soit occupés en mission, soit réquisitionner pour défendre Konoha en cas d'attaque. La seule personne ayant assez de compétence et de disponible pour cette mission de rescousse au combien périlleuse était sa jeune apprentie.

Bien qu'elle avait voulu tenir Naruto et Sakura à l'écart de cette affaire concernant Sasuke, elle du se résoudre à changer sa décision. Sakura était la seule medic nin assez qualifié pour cette mission mais malheureusement Naruto lui était en mission avec Jiraiya, Sai et Yamato et Tsunade ne pouvait lui fournir qu'une équipe d'Anbu comme escorte.

Après avoir mit au courant sa jeune disciple sur les tenants de la mission, Sakura et son escorte de Anbu partirent sans tarder en direction d'Oto no Kuni. Après une journée de voyage, ils arrivèrent à la tombée de la nuit devant le sinistre repère d'Orochimaru.

Le plan en théorie était simple: En pénétrant dans l'antre du Sanin l'équipe se dispersa et Sakura eut comme un mauvais pressentiment quant à la suite des évènements. Après avoir déambulé dans couloirs sombres et observer quelques pièces vide la jeune Kunoichi finit par tomber sur une grande salle éclairée et là au milieu de celle-ci se tenait Kakashi, bâillonné et ligoté sur une chaise par des cordes recouverte de Chakra.

Elle allait se précipiter vers lui pour le détacher quand une voix l'interpella et qu'elle vit Kakashi grimacer de douleur. Ne serait-ce pas la jeune et jolie disciple de cette chère Tsunade? A ta place je me tiendrais correctement si tu ne veux pas ce brave Kakashi passe de vie à trépas.

La marque sur son torse est un de mes jutsu spéciaux dérivé de la technique de sceau des Hyuga, d'une simple pensée je peux lui faire souffrir le martyre Dit le Sanin avec un rire sardonique en insistant sur le dernier mot.

Cria la jeune Kunoichi avec inquiétude. C'est très simple, il y avait quelques lacunes dans le plan de Tsunade pour sauver Sasuke de mon emprise et le faire revenir à Konoha. Une fois que Kakashi eut neutralisé le sceau maudit, il compta ramener Sasuke Kakashi et ses ANBU ont eut la mauvaise idée d'essayer de le convaincre par la force Quand je les ai trouvé il était encore inconscient et Sasuke était surement déjà loin, partit sur la recherche d'Itachi sans aucun doute.

Quand je pense que j'étais si près du but Orochimaru était prit d'une rage folle et en même qu'il fulminait, Sakura pouvait observer Kakashi se torde de douleur. Cria le jeu Kunoichi. Le Sanin retrouva soudain son calme: Et sur ces mots il recommença sa séance de torture.

Sakura regardait les larmes aux yeux son ex-sensei dont les hurlements étaient étouffés par son bâillon, c'était insupportable - Stoppe Après tout il y a peut-être moyen de s'amuser un peu Inutile de dire qu'il te faudra réussir à pleinement me satisfaire et bien entendu faire cela avec entrain, je n'ai as envie de baiser une poupée désarticulée qui se laisserait faire.

Alors qu'en penses-tu ma jolie Kunoichi? J'haletais, les yeux écarquillés. Il pressa mon dos contre le mur, plongeant plus profondément en moi. Je gémissais du contraste aigu entre la paroi froide et son corps chaud. Il y avait encore une faible quantité de douleur, une légère quantité endolorissement. Mais il recommença à entrer et sortir de moi et la douleur refloua.

Mes doigts agrippèrent ses cheveux fermement alors que je chuchotais à son oreille. Je gémis, mon gémissement ressemblant presque à un cri, le mur rugueux frottant contre ma peau.

Mais je m'en moquais. Tout ce dont j'avais besoin c'était lui, Edward. Il claquait à l'intérieur de moi, ses mains chaudes pressant mes fesses. Un cri d'extase s'échappa de ma gorge, mon dos s'arquant encore plus. Mes parois se resserrèrent étroitement autour de son membre, le pressant. Je me sentais comme si mon cerveau était en train de s'éreinter par le plaisir déferlant à travers moi. Edward accéléra le rythme, s'enfonçant plus vite en moi alors que je criais quand un double orgasme me frappa simultanément.

Je l'entendis gémir alors qu'il laissait échapper un grondement érotique de sa poitrine. Ses yeux se fermèrent alors qu'il se calmait à l'intérieur de moi. Mais ce n'était pas assez pour moi. Je le désirais ardemment. Comme une drogue, et j'avais besoin de plus. Il sortit de moi, posant mes pieds en douceur sur le sol. Mes genoux tremblaient dangereusement, mais je réussissais à rester debout. Edward se débarrassa de son préservatif usagé — et je ne savais pas comment j'avais fais mais… — et je le fis s'allonger sur le dos au milieu du plancher de mon salon.

Mon désir me rendait plus courageuse, moins timide. Atteignant la poche, je ressortis un autre paquet carré. Subitement, mon anxiété me rattrapa. Je le voulais si fort, mais je n'avais jamais fait cela avant. Ouvrant avec soin l'emballage, je sortis le préservatif en latex. Edward avait les bras derrière la tête, me regardant. M'agenouillant devant lui, je serrais le préservatif dans ma main et me penchais vers le bas.

Il cessa de respirer complètement quand je plaçais un chaste baiser sur le gland de son pénis. Un grondement sourd s'échappa de ses lèvres.

Je me concentrais sur son membre, dur une fois encore. Je ressentais mon inexpérience, maintenant plus que jamais — je ne savais pas ce que j'étais censée faire, ce qu'il aimait. Le mieux que j'avais à faire était de me laisser guider par mon instinct.

Je fis glisser ma langue sur son gland, de façon hésitante, le goûtant. Je découvris que lorsque je bouchais la fente de son pénis avec ma langue, il grognait de plaisir.

Je léchais la longueur de son manche avant de sucer profondément la tête. Pourquoi aimais-je le fait qu'il était en train de blasphémer?

Quand je raclai mes dents sur sa longueur, ses hanches s'arquèrent vers moi et ma bouche, touchant le fond de ma gorge. Il haleta, ses mains serrant mes cheveux. Il avait meilleur goût que tout ce que j'avais déjà mangé. Mes yeux se fermèrent alors que je luttais pour ne pas jouir dans sa bouche. Je ne savais pas si elle était prête pour ça, si elle était prête à goûter ma semence.

La plupart des femmes n'avalait pas — j'avais appris cela par expérience. Evidemment, Bella ne le serait pas non plus. Sa petite et chaude langue s'enroulait autour de ma bite, se mouvant dans un mouvement de va-et-vient, de plus en plus vite. Elle me suçait comme un bâtonnet de glace, et je ne pus me retenir plus longtemps. Je vins violement, me libérant dans sa bouche, par-à-coups longs.

Avec mes yeux fermés, je ne pouvais pas la voir. Mais je sentis sa gorge se resserrer quand elle avala mon sperme … chaque bouchée de ça. Oh, putain, j'étais foutu. Luttant pour ouvrir les yeux, je vis qu'elle me regardait avec une expression insondable. Sa bouche était à quelques centimètres de ma bite ramollissante. Tout à coup, j'étais de nouveau dur. Ma queue défiait toutes les lois de la science.

Je ne devrais pas être déjà dur. Dur, comme un putain de roc. Je l'a regardais avec étonnement. Etait-elle vraiment en train de se poser la question? J'ai adoré cela, putain. Un sourire fier éclaira son visage. Elle se redressa, et je ne pouvais m'empêcher de regarder ses seins rebondir comme des poires pâles, mûres pour la cueillette.

Puis elle prit le préservatif dans sa main et le mis correctement sur mon sexe. Ses ongles éraflèrent légèrement ma queue et je siflais. Son cri résonna dans mes oreilles. Elle se voûta, son corps se raidissant, et elle rejeta sa tête en arrière. Mon entrée en elle n'avait pas été douce. En fait, ça avait été si rude que c'en était presque brutal. Je serrais les dents, obligeant mes yeux à rester ouvert afin que je puisse regarder cette belle femme me chevauchant. Tenant fermement ses hanches dans mes doigts, je commençais à lui imprimer un mouvement.

Sa chatte se crispa fermement autour de ma bite. Elle commença à me chevaucher plus fort, comme si j'étais un cheval.

sexe fanfiction sexe chatte