Sexe tv sexe fanfiction

sexe tv sexe fanfiction

...

Sexe animaux le sexe qui parle


sexe tv sexe fanfiction

Mais quelle rabat-joie cette Robin! Et la possibilité d'admirer un jour les fesses de Patrick Jane s'éloigne un peu plus avec les propos de Bruno Heller , le créateur de la série: Une histoire entre deux personnes qui se connaissent depuis des années. On voit qu'ils sont faits l'un pour l'autre mais pas d'une manière folle et fougueuse, plutôt douce et raisonnée".

Okay, pour le côté sexy, on repassera! Ceci dit, ces déclarations manquant cruellement de passion pourraient rassurer les fans de la première heure. Car cela signifie aussi que la relation amoureuse entre Lisbon et Jane ne prendra pas totalement le pas sur les enquêtes. Mentalist demeure une série policière mais pourrait tout de même se conclure par une séquence carnet rose.

Bruno Heller a promis unz fin heureuse de Mentalist: Mon compte Deconnexion S'inscrire Se connecter. Ca va vous intéresser. Ceci peut vous interesser. Elise Lucet "ingérable" et "insupportable"? Dévorée par les moustiques, Lââm défigurée dans The Island Célébrités Si seulement la plupart des filles de l'école ne s'étaient pas liguées pour porter des couleurs pastels, elle ne ressemblerait pas en ce moment à un camion de pompier au milieu de limousines.

En détournant les yeux pour éviter le regard étrangement agressif d'une Serdaigle, elle aperçut Ron au buffet. Il était entrain de se servir un verre de punch. Avec un peu de chance, sa petite amie les laisserait seuls durant un moment et elle n'aurait pas l'impression de se ridiculiser en étant tout de même venue au bal, malgré l'absence de son cavalier.

Il esquiva un beau sourire et desserra un peu sa cravate lorsque la jeune fille eut prise sa boisson. Je n'aurai jamais du écouter Martin. Cette robe est bien trop… rouge. Elle se remaquille… pour la troisième fois de cette soirée qui a commencé il y a à peine une heure. Il aurait du s'y attendre et se protéger un peu plus. En tout cas, il aurait pu choisir un autre jour que celui-ci pour être coincé à l'infirmerie.

Après tout, ça fait quatre mois que vous êtes ensemble, elle doit bien avoir des qualités ta Diane. Et, sans demander son reste, il entraîna la jeune fille dans une danse beaucoup trop rapide pour le genre de musique. Il la faisait tournoyer partout et essayait en même temps de pousser les personnes qui les entouraient. Hermione qui, tout comme son cavalier, riait aux éclats, se prêta au jeu et mis une main aux fesses à une jeune fille qui dansait près d'eux.

Outrée, elle se redressa et flanqua une baffe magistrale au brun qui l'accompagnait. En ni une ni deux, Ron avait emporté Hermione à l'autre bout de la pièce et explosait de rire. Que dirais-tu de le trouver par hasard et de danser innocemment près de lui et de sa cavalière? Et si nous leur rentrons dedans à plusieurs reprises, se sera uniquement à cause du verre de punch que nous avons bu tout à l'heure.

Après avoir énervé Harry durant dix bonnes minutes, Ron et Hermione s'étaient retrouvés devant des bouteilles de bière au beurre. Assis à une table, ils regardaient les couples danser et leur prévoyaient un avenir à la Trelawney. Ce jeu très essoufflant fit passer leurs deux bouteilles de bières au beurre à quatre, puis à six. S'écria Ron un peu trop fort en montrant à la jeune fille le blond qui bougeait sur la piste.

En effet, Draco est tombé amoureux de Rusard durant sa seconde année et n'a maintenant plus qu'une idée: Dans à peine dix secondes, elle va me reprocher de l'avoir délaissé durant toute la soirée, ce qui est on ne peut plus vrai. Ensuite, elle prendra son air de sainte nitouche et me dira qu'elle rentre dans son dortoir, me signifiant ainsi que nous ne coucherons pas ensemble ce soir et qu'elle me punit.

Déprimé de ne pas finir cette merveilleuse soirée en ta compagnie par une apothéose, je vais prendre une autre bouteille de bière au beurre et je t'en apporterai une par la même occasion. Je me sens fatiguée, je vais aller me coucher. Et, alors que la jeune fille se dirigeait vers la sortie, Ron se leva et alla chercher des boissons.

Il l'entraîna sur la piste où un slow débuta. Tout d'abord, en deux bons amis, trente centimètres les séparaient l'un de l'autre. La musique et le temps s'écoulaient sans que ni l'un ni l'autre ne songe à s'arrêter. Ils s'étaient légèrement rapprochés lors du second slow, mais ce ne fut que lors du troisième qu'Hermione enroula ses bras autour du cou de Ron, augmentant considérablement le contact.

Un petit moment après, Ron attrapa la jeune fille par les hanches et la colla contre lui, tout en continuant d'onduler son corps contre le sien, dans une danse sensuelle. Elle posa sa tête sur son épaule et continua de se laisser guider ainsi durant encore plusieurs slows. Seulement voilà, au bout d'un moment cela ne suffisait plus. Il fallait qu'ils se resserrent encore plus, il fallait qu'ils sentent l'autre corps contre le leur.

Ron serrait Hermione le plus fort possible pendant que son corps se frottait contre le sien de façon démesurément lente, une torture qu'il n'avait jamais cru se voir infligé par son amie d'enfance.

Il avait envie de la toucher. C'était idiot, mais il voulait absolument sentir sa peau contre ses doigts, et pas seulement celle de son dos dont il profitait depuis un bon moment. Alors, sans réfléchir, il baissa ses mains jusqu'au niveau de ses fesses. Il la caressa légèrement, juste assez pour qu'elle sente ses mains et que les autres danseurs ne fassent pas trop attention à eux.

Il arrêta un instant pour observer la réaction de son amie, mais, puisqu'elle ne réagissait pas, il décida de la palper un peu plus, pour voir qu'elle genre de sous-vêtement se cachait sous la robe qui le rendait complètement cinglé.

En la caressant, il n'en avait plus rien à faire de savoir si des élèves le regardaient et à vrai dire, il n'y pensait même plus. Son esprit était accaparé par le petit string en dentelle qu'il avait senti sous le fin satin de la robe.

L'envie d'y passer ses doigts se fit sentir, celle de l'ôter lentement, très lentement avec sa bouche et de lécher toute la peau si douce qui devait se trouver en dessous…. Hermione sentait Ron la caresser, et elle adorait ça.

Elle ne savait pas trop s'ils étaient toujours entrain de danser ni même s'ils étaient encore dans la grande salle. Elle fixait le cou du jeune homme pendant qu'il faisait ce qu'il voulait de son corps. Elle remarqua un trait de petites taches de rousseurs à peine visible le long d'une de ses veines.

Elle voulait détacher ses mains d'autour de son cou et les toucher, mais elle était tellement bien qu'elle n'en eut pas le courage. Elle se souvint d'un devoir sur les vampires qu'elle avait un jour fait, et qui expliquait que les créatures étaient soumises à un fort élan de désirs avant de mordre leurs proies.

Sous une impulsion, sans trop savoir pourquoi, Hermione mordit la veine couverte de ses taches de rousseurs qui la captivaient tant. Elle n'y alla pas très fort, se rendant compte qu'elle pourrait lui faire mal, mais se mit ensuite à mordiller, à sucer le carré de peau avec toute la ferveur et la passion qu'elle ressentait.

Elle le lécha discrètement et descendit légèrement sur son cou, voulant goûter à absolument toutes les parcelles d'épiderme du jeune homme. Avec cette révélation subite des tonnes d'images s'immisçaient dans sa tête. Pendant qu'il continuait de la caresser, elle l'imagina malaxer son corps sans qu'aucune robe ou sous-vêtement ne viennent les déranger. Que ressentirait-elle s'il glissait ses doigts, sa langue, ou son sexe en elle? Elle leva un peu la tête et laissa son regard balayer la pièce, pour ensuite reprendre sa place au creux du cou de Ron.

Une des mains qui se trouvait sur les fesses de la brune remonta jusqu'au milieu de son dos, au niveau de ses seins. Ron la serra encore plus contre son torse, pour pouvoir les sentir contre lui, mais son smoking l'en empêchait. Il releva alors un peu plus sa main et caressa les boucles brunes qui s'échappaient de la coiffure de la jeune fille. Ses doigts s'enroulaient dans les anglaises et à chaque fois il souffrait de devoir passer à une autre mèche, lorsque le haut de la précédente était bloqué par les petites pinces qui retenaient son chignon souple.

Au bout de quelques temps encore, il se décida à libérer la chevelure d'Hermione. Il ôta toutes les pinces une par une, délicatement, et les glissa dans une de poches de son pantalon, prenant bien soin d'effleurer sa camarade au passage. Elle bougea un peu la tête et Ron put glisser ses doigts dans la longue chevelure. Il aimait ses cheveux. Sa peau aussi l'était. Il en était là de ses réflexions lorsqu'un genou vint se glisser entre ses jambes et frotta ses cuisses.

Il remonta doucement jusqu'à son sexe et le caressa calmement, délicatement. Dieu comme il avait envie d'elle… Il la voulait toute entière et en avait terriblement mal au ventre…. Sa petite caresse avait eu l'effet désiré et elle sentait l'érection de Ron contre son ventre. Elle baissa son genou et du se retenir de ne pas attraper le membre palpitant à pleines mains. Elle était tellement bien contre lui, même si elle avait chaud et que sa tête semblait tourner beaucoup trop vite à son goût.

Soudain, un manque affreux s'empara d'elle. Elle mis quelque temps pour comprendre que le roux s'était éloigné. Elle ne savait pas très bien ce qu'elle faisait, mais quand il lui tendit la main, elle la prit et se laissa guider hors de la grande salle. Après avoir plusieurs fois trébuchés dans les escaliers, les deux jeunes gens arrivèrent enfin au dortoir de Ron. A peine la porte fut-elle fermée qu'il se précipita vers sa camarade et lui ôta sa robe.

Il regarda quelques secondes ses beaux seins aux pointes dressées et s'agenouilla devant elle. Avec un sourire pervers, il fit lentement glisser le string de dentelle rouge jusqu'au-dessous de ses genoux, mais ne le retira pas complètement.

Il passa sa main entre ses cuisses et les écarta légèrement. Il caressa son sexe humide, et en lorsqu'il l'entendit gémir, il sût qu'il voulait qu'elle cri son nom.

Elle fit bouger ses jambes pour que le sous-vêtement tombe à ses pieds et ne les gêne pas et ce frottement donna envi à Ron de la prendre complètement, et de toutes les manières possibles… Il écarta les lèvres de la jeune fille et se mit à la lécher. Il voulait simplement la goûter, mais il se mit à la dévorer.

Lorsqu'il entra sa langue en elle il l'entendit gémir encore plus fort, et cela ne fit qu'augmenter son désir. Ses doigts vinrent aussi se joindre à la douce torture et alors qu'une de ses mains s'occupait de masser son clitoris, l'autre laissait un doigt rejoindre la langue de Ron dans son intimité. Lorsque le jeune homme put goûter au nectar de sa camarade, il sortit sa langue et la remplaça par un autre doigt. Il retira la main qui la massait, et mis la paume de celle dont les doigts étaient en elle contre son sexe.

Puis il se releva, et il eut comme l'impression de l'empoigner. Il l'attira alors un peu plus à lui seulement à l'aide de cette main et la regarda perdre le contrôle. Il arrêta le va et vient qu'il faisait en elle pour voir sa réaction. Il voulait la voir agir, il voulait voir la belle et sage Hermione se transformer en la déesse sur qui il fantasmait. Comme si elle y avait été invitée, la jeune fille attrapa la main de Ron et la guida en elle, imposant le rythme que le roux devait suivre.

Au bout de quelques instants, elle ne put que succomber et laissa échapper un petit cri en s'effondrant contre son ami.

Il la tint un instant contre lui, mais son désir était trop fort et il l'allongea sur le plancher en lui retirant ses chaussures. Il se déshabilla à la hâte et rejoignit la jeune fille qui s'était assise et l'observait, un sourire aux lèvres. Elle serrait ses genoux contre sa poitrine et Ron se laissa glisser juste devant elle.

Il s'arrêta un instant à la hauteur du visage de la brune pour mettre en évidence son sexe durcit puis finit son mouvement en s'agenouillant devant elle. Mais il n'attendit pas sa réponse et lorsqu'elle écarta les lèvres pour parler, il s'en empara et lui donna un baiser passionné.

...

Déprimé de ne pas finir cette merveilleuse soirée en ta compagnie par une apothéose, je vais prendre une autre bouteille de bière au beurre et je t'en apporterai une par la même occasion. Je me sens fatiguée, je vais aller me coucher.

Et, alors que la jeune fille se dirigeait vers la sortie, Ron se leva et alla chercher des boissons. Il l'entraîna sur la piste où un slow débuta. Tout d'abord, en deux bons amis, trente centimètres les séparaient l'un de l'autre.

La musique et le temps s'écoulaient sans que ni l'un ni l'autre ne songe à s'arrêter. Ils s'étaient légèrement rapprochés lors du second slow, mais ce ne fut que lors du troisième qu'Hermione enroula ses bras autour du cou de Ron, augmentant considérablement le contact. Un petit moment après, Ron attrapa la jeune fille par les hanches et la colla contre lui, tout en continuant d'onduler son corps contre le sien, dans une danse sensuelle.

Elle posa sa tête sur son épaule et continua de se laisser guider ainsi durant encore plusieurs slows. Seulement voilà, au bout d'un moment cela ne suffisait plus. Il fallait qu'ils se resserrent encore plus, il fallait qu'ils sentent l'autre corps contre le leur. Ron serrait Hermione le plus fort possible pendant que son corps se frottait contre le sien de façon démesurément lente, une torture qu'il n'avait jamais cru se voir infligé par son amie d'enfance.

Il avait envie de la toucher. C'était idiot, mais il voulait absolument sentir sa peau contre ses doigts, et pas seulement celle de son dos dont il profitait depuis un bon moment. Alors, sans réfléchir, il baissa ses mains jusqu'au niveau de ses fesses. Il la caressa légèrement, juste assez pour qu'elle sente ses mains et que les autres danseurs ne fassent pas trop attention à eux. Il arrêta un instant pour observer la réaction de son amie, mais, puisqu'elle ne réagissait pas, il décida de la palper un peu plus, pour voir qu'elle genre de sous-vêtement se cachait sous la robe qui le rendait complètement cinglé.

En la caressant, il n'en avait plus rien à faire de savoir si des élèves le regardaient et à vrai dire, il n'y pensait même plus. Son esprit était accaparé par le petit string en dentelle qu'il avait senti sous le fin satin de la robe. L'envie d'y passer ses doigts se fit sentir, celle de l'ôter lentement, très lentement avec sa bouche et de lécher toute la peau si douce qui devait se trouver en dessous….

Hermione sentait Ron la caresser, et elle adorait ça. Elle ne savait pas trop s'ils étaient toujours entrain de danser ni même s'ils étaient encore dans la grande salle. Elle fixait le cou du jeune homme pendant qu'il faisait ce qu'il voulait de son corps. Elle remarqua un trait de petites taches de rousseurs à peine visible le long d'une de ses veines.

Elle voulait détacher ses mains d'autour de son cou et les toucher, mais elle était tellement bien qu'elle n'en eut pas le courage. Elle se souvint d'un devoir sur les vampires qu'elle avait un jour fait, et qui expliquait que les créatures étaient soumises à un fort élan de désirs avant de mordre leurs proies.

Sous une impulsion, sans trop savoir pourquoi, Hermione mordit la veine couverte de ses taches de rousseurs qui la captivaient tant. Elle n'y alla pas très fort, se rendant compte qu'elle pourrait lui faire mal, mais se mit ensuite à mordiller, à sucer le carré de peau avec toute la ferveur et la passion qu'elle ressentait. Elle le lécha discrètement et descendit légèrement sur son cou, voulant goûter à absolument toutes les parcelles d'épiderme du jeune homme. Avec cette révélation subite des tonnes d'images s'immisçaient dans sa tête.

Pendant qu'il continuait de la caresser, elle l'imagina malaxer son corps sans qu'aucune robe ou sous-vêtement ne viennent les déranger. Que ressentirait-elle s'il glissait ses doigts, sa langue, ou son sexe en elle? Elle leva un peu la tête et laissa son regard balayer la pièce, pour ensuite reprendre sa place au creux du cou de Ron. Une des mains qui se trouvait sur les fesses de la brune remonta jusqu'au milieu de son dos, au niveau de ses seins. Ron la serra encore plus contre son torse, pour pouvoir les sentir contre lui, mais son smoking l'en empêchait.

Il releva alors un peu plus sa main et caressa les boucles brunes qui s'échappaient de la coiffure de la jeune fille. Ses doigts s'enroulaient dans les anglaises et à chaque fois il souffrait de devoir passer à une autre mèche, lorsque le haut de la précédente était bloqué par les petites pinces qui retenaient son chignon souple. Au bout de quelques temps encore, il se décida à libérer la chevelure d'Hermione. Il ôta toutes les pinces une par une, délicatement, et les glissa dans une de poches de son pantalon, prenant bien soin d'effleurer sa camarade au passage.

Elle bougea un peu la tête et Ron put glisser ses doigts dans la longue chevelure. Il aimait ses cheveux. Sa peau aussi l'était.

Il en était là de ses réflexions lorsqu'un genou vint se glisser entre ses jambes et frotta ses cuisses. Il remonta doucement jusqu'à son sexe et le caressa calmement, délicatement.

Dieu comme il avait envie d'elle… Il la voulait toute entière et en avait terriblement mal au ventre…. Sa petite caresse avait eu l'effet désiré et elle sentait l'érection de Ron contre son ventre. Elle baissa son genou et du se retenir de ne pas attraper le membre palpitant à pleines mains. Elle était tellement bien contre lui, même si elle avait chaud et que sa tête semblait tourner beaucoup trop vite à son goût.

Soudain, un manque affreux s'empara d'elle. Elle mis quelque temps pour comprendre que le roux s'était éloigné. Elle ne savait pas très bien ce qu'elle faisait, mais quand il lui tendit la main, elle la prit et se laissa guider hors de la grande salle. Après avoir plusieurs fois trébuchés dans les escaliers, les deux jeunes gens arrivèrent enfin au dortoir de Ron. A peine la porte fut-elle fermée qu'il se précipita vers sa camarade et lui ôta sa robe. Il regarda quelques secondes ses beaux seins aux pointes dressées et s'agenouilla devant elle.

Avec un sourire pervers, il fit lentement glisser le string de dentelle rouge jusqu'au-dessous de ses genoux, mais ne le retira pas complètement. Il passa sa main entre ses cuisses et les écarta légèrement. Il caressa son sexe humide, et en lorsqu'il l'entendit gémir, il sût qu'il voulait qu'elle cri son nom. Elle fit bouger ses jambes pour que le sous-vêtement tombe à ses pieds et ne les gêne pas et ce frottement donna envi à Ron de la prendre complètement, et de toutes les manières possibles… Il écarta les lèvres de la jeune fille et se mit à la lécher.

Il voulait simplement la goûter, mais il se mit à la dévorer. Lorsqu'il entra sa langue en elle il l'entendit gémir encore plus fort, et cela ne fit qu'augmenter son désir. Ses doigts vinrent aussi se joindre à la douce torture et alors qu'une de ses mains s'occupait de masser son clitoris, l'autre laissait un doigt rejoindre la langue de Ron dans son intimité. Lorsque le jeune homme put goûter au nectar de sa camarade, il sortit sa langue et la remplaça par un autre doigt. Il retira la main qui la massait, et mis la paume de celle dont les doigts étaient en elle contre son sexe.

Puis il se releva, et il eut comme l'impression de l'empoigner. Il l'attira alors un peu plus à lui seulement à l'aide de cette main et la regarda perdre le contrôle. Il arrêta le va et vient qu'il faisait en elle pour voir sa réaction. Il voulait la voir agir, il voulait voir la belle et sage Hermione se transformer en la déesse sur qui il fantasmait. Comme si elle y avait été invitée, la jeune fille attrapa la main de Ron et la guida en elle, imposant le rythme que le roux devait suivre.

Au bout de quelques instants, elle ne put que succomber et laissa échapper un petit cri en s'effondrant contre son ami. Il la tint un instant contre lui, mais son désir était trop fort et il l'allongea sur le plancher en lui retirant ses chaussures. Il se déshabilla à la hâte et rejoignit la jeune fille qui s'était assise et l'observait, un sourire aux lèvres. Elle serrait ses genoux contre sa poitrine et Ron se laissa glisser juste devant elle.

Il s'arrêta un instant à la hauteur du visage de la brune pour mettre en évidence son sexe durcit puis finit son mouvement en s'agenouillant devant elle. Mais il n'attendit pas sa réponse et lorsqu'elle écarta les lèvres pour parler, il s'en empara et lui donna un baiser passionné. Absorbée par la lutte entre leur langue, Hermione fondit comme neige au soleil et écarta les jambes lorsque Ron la poussa à s'allonger totalement contre le plancher.

Il attrapa ses hanches pendant qu'elle tenait son cou pour approfondir leur baiser et la pénétra. Il sentit qu'il la déflorait et se retint donc pendant un moment d'aller trop vite, ou de se faire plus dure. Lorsque les hanches de la jeune fille imposèrent un rythme régulier à leur étreinte, il se permit d'aller plus vite et plus fort.

Il voulait l'entendre crier son nom. Sous leurs gémissements, ils entendaient le plancher grincer avec eux. Hermione reprit encore une fois les lèvres de Ron et le fit rouler sur le côté, prenant le dessus. Elle le lâcha alors et leur imposa un nouveau rythme beaucoup plus exigeant que le premier. Elle tentait tant bien que mal de s'accrocher à quelque chose et saisit les hanches de Ron. Elle les serrait tellement fort que ses jointures devinrent blanches et que la peau de Ron vira au rouge.

Leur respiration était difficile, et au bout de quelques minutes, Hermione n'y tint plus. Il la sentait faible aussi de lui, elle avait jouit. Dans un râle, il se vida en elle et cria à son tour. Quelque chose d'incompréhensible, qu'Hermione trouva magnifique. Il prit sa baguette, lança un sort contraceptif à la jeune fille, et la rejoignit sur le lit où elle l'attendait. Et il lui refit l'amour, encore et encore, jusqu'à ce que son corps n'en puisse plus et qu'il s'endorme tout contre elle, vidé et heureux.

Ron était réveillé depuis déjà un bon moment. Il était étonné de se trouver dans le lit d'Harry, mais ce n'était rien comparé à la surprise qu'il avait eue en observant Hermione à ses côtés. En quelques secondes, des souvenirs de la nuit torride qu'ils avaient partagés lui revinrent en mémoire. Il sourit en constatant que sa meilleure amie pouvait se montrer extrêmement décidée et exigeante, dans la vie tout comme au lit. Sa tête tournait horriblement mais il n'avait pas encore la nausée.

Cela viendrait sûrement plus tard. Il sentit la main d'Hermione lui caresser le torse. Elle devait le prendre pour son oreiller. Il aurait bien aimé partager le bonheur de ce morceau de tissu quand la jeune fille se réveillait tous les matins. Elle se tût, dépitée et un tantinet désespérée. Blaise, lui, était en pleine réflexion… Elle avait tout à fait raison….

Elle lui colla un baiser sonore sur la joue, puis se leva et se dirigea vers sa chambre. Je veux dire quand tu parlais d'un mec juste pour t'envoyer en l'air. Du moment qu'il me respecte et qu'il a quand-même un peu d'expérience… Pourquoi? Tu penses à quelqu'un en particulier?

Je suis sérieux… Il se leva, la rejoignit et, lui prenant doucement la main, la fit se rasseoir sur le canapé. Hermione haussa un sourcil dubitatif, l'invitant à continuer. Ensuite, et bien… on vit ensemble… alors, même si on n'est pas dans la même classe, c'est quand-même plus pratique pour se voir!

Quand à mon expérience, et bien… sans vouloir me vanter… j'ai quelques années de pratique! Il se tut, lui laissant le temps d'assimiler son argumentaire. Hermione était en pleine réflexion, ses yeux noisette perdus dans les flammes. Elle ne savait pas trop quoi en penser…. Mais… tu ne trouves pas que ça pourrait sembler étrange?

Tu l'as dit toi-même, nous sommes amis depuis plus de six ans… ça pourrait tout gâcher! Et si on se fâchait, pour je ne sais quelle raison? Je n'ai pas envie de tout foutre en l'air pour une simple histoire de sexe! Il leva les mains en l'air pour illustrer l'évidence de ses propos.

On arrête dès que l'un de nous tombe amoureux de quelqu'un… C'est aussi simple que ça! Hermione ferma les yeux et s'adossa sur le canapé, le cerveau en ébullition… Après tout, pourquoi pas… c'était ce qu'elle voulait, non? Et Blaise avait raison: Tout de même, ce n'était pas vraiment raisonnable… Mais avait-elle envie d'être raisonnable? Ce qu'elle voulait, précisément, c'était casser cette image d'élève modèle et de petite fille sage que tout le monde connaissait!

Blaise se proposait de lui en donner l'occasion… Et elle allait saisir sa chance! Et puis, si ça ne marchait pas, ils seraient toujours à temps, d'arrêter, non? Ça va être super, tu vas voir! Puis, regardant sa montre, lui demanda le plus naturellement du monde: Hermione se leva et rejoignit sa chambre. Elle prit son pyjama sous son oreiller un ensemble débardeur et shorty en satin rouge, brodé de dentelle noire que Ginny et Luna lui avaient offert pour son dernier anniversaire: Pendant qu'elle se lavait, elle réfléchissait à l'étrangeté de la situation et à ce qu'elle s'apprêtait à faire.

Nous ne devons pas faire ça! Elle devait lui dire qu'elle avait changé d'avis avant qu'il ne se fasse trop d'idées…. Elle réfléchit encore une bonne demi-heure, pesant une dernière fois le pour et le contre, puis elle se secoua, prenant enfin sa décision, et ouvrit la porte à la volée… pour se retrouver nez à nez avec un Blaise plus séduisant que jamais!

Ou plus exactement nez à torse, puisque le Serpentard noir était torse nu, les cheveux un peu humides gouttant sur son torse musclé et son bas de pyjama de velours vert bouteille.

Excuse-moi, Mya, mais tu avais oublié ta baguette à la salle de bain… Je voulais te la rapporter avant que tu la cherches partout… Tu es sûre que ça va? Elle attrapa Blaise par la nuque, l'attira dans sa chambre et claqua la porte.

Ne lui laissant pas le temps de dire quoi que ce soit, elle le poussa contre le mur et plaqua violemment ses lèvres contre les siennes! Blaise, tout d'abord sous le choc, reprit très rapidement ses esprits et répondit à son baiser avec tout autant de fougue. De ses bras, il entoura la taille de son amie et, d'un habile mouvement de hanche, inversa leur position, la plaquant durement contre le mur. Longtemps, on n'entendit dans la chambre d'Hermione que le son de soupirs et de grognements tandis que leurs baisers devenaient plus enflammés de minutes en minutes.

Les mains de Blaise montaient et descendaient le long du dos de la brunette, pendant que celle-ci le serraient d'avantage contre elle. Un gémissement s'échappa des lèvres de la Lionne quand les mains Serpentard passèrent sous ses fesses et la soulevèrent, la pressant encore plus entre lui et le mur.

Elle entoura sa taille de ses jambes et il commença à bouger doucement son bassin, faisant frotter sa virilité durcie contre la féminité de la belle. Leurs gémissements à tous les deux se firent plus audibles, et, commençant vraiment à manquer d'air, Blaise délaissa ses lèvres rougies pour descendre dans son cou, lui arrachant encore plus de soupirs.

Resserrant sa prise sous les fesses de la Gryffondor, le Serpentard se dirigea vers le lit où il la déposa délicatement et repartit à l'assaut de sa gorge, laissant de petites marques rougies tout autour de son cou, alors qu'il aspirait, léchait, suçotait sa peau douce et délicate. Hermione laissait ses mains parcourir son torse lisse, se régalant de sentir les frissons qu'elle lui procurait. Blaise passa sa main sous son débardeur et commença à caresser le ventre plat, remontant petit à petit vers ses seins, qu'il voyait pointer à travers le tissu.

Lui demandant d'un regard l'autorisation, il fit passer le vêtement par-dessus sa tête et l'envoya de l'autre côté du lit. Immédiatement, la pudeur d'Hermione lui fit ramener ses bras croisés sur sa poitrine, soustrayant au Serpentard affamé la vue des deux globes blancs désirés.

La bouche du jeune homme prit bientôt la place d'une de ses mains, tandis que celle-ci descendait dangereusement vers le sud, jouant un moment avec l'élastique du shorty de satin. Hermione était en train de perdre la tête. Elle fondait sous les baisers et les caresses de Blaise, et sentait tout le désir de son amant contre son intimité de plus en plus chaude et humide. Elle gémissait et soupirait de plus en plus, ses mains caressant tantôt le dos, tantôt les fesses musclées, et ne contrôlait plus son bassin qui venait se frotter outrageusement contre celui du jeune homme.

Tout d'un coup, la langue du Serpent se mit à dessiner des arabesques sur son ventre, ses côtes et autour de son nombril, la faisant se tortiller de plus en plus. Lui lançant des regards coquins, il lui sourit en passant doucement ses doigts de chaque côté du shorty, le faisant lentement descendre le long de ses jambes. Hermione ferma les yeux, se forçant à faire refluer la rougeur écrevisse de ses joues.

Elle poussa un petit cri de surprise, vite remplacé par des gémissements de plaisir lorsqu'elle sentit les doigts de Blaise chatouiller sa féminité. Il déposait des baisers brûlants à l'intérieur de ses cuisses et elle eut l'impression de se consumer. Rapidement, la bouche du Préfet remplaça ses doigts sur son petit centre des plaisirs, tandis que son index se frayait un chemin dans ses profondeurs chaudes et humides. Il amorça un doux va et vient qui la fit se cambrer et haleter. Un deuxième doigt lui arracha un gémissement lorsqu'il rejoignit le premier, et c'est dans un rapide mouvement que Blaise l'emmena au bord du précipice.

Lorsqu'il la sentit prête à basculer, il se débarrassa prestement de son pantalon et de son boxer, puis remonta son visage au niveau de celui de son amie. Sidérée qu'il lui laisse encore le choix de refuser malgré l'état dans lequel ils étaient tous les deux, elle accrocha son regard, puis passa sa main entre leurs deux corps nus pour se saisir de sa virilité tendue à l'extrême. Il fut pris d'un violent frisson lorsqu'elle amorça un léger va-et-vient, puis le plaça elle-même devant son entrée.

Il ne réfléchit pas plus et s'enfonça doucement en elle. Il serra les dents et se concentra de toutes ses forces pour ne pas venir tout de suite, tellement elle était serrée! Il resta un moment sans bouger, appuyé sur les coudes pour ne pas l'écraser. Elle releva ses jambes pour entourer sa taille, puis, se regardant, ils se sourirent. Blaise débuta alors de lents va-et-vient qu'Hermione accompagna de ses hanches. Voyant qu'elle se mordait les lèvres pour ne pas crier, il passa tendrement un pouce sur sa bouche et lui dit:.

Là-dessus, il accéléra et approfondit ses coups de reins, lui arrachant enfin des gémissements de plus en plus sonores, qui se transformèrent vite en cris. Sentant qu'ils étaient tous les deux proche du précipice, le Serpentard passa ses bras dans le dos de son amie et la redressa en même temps qu'il s'asseyait sur ses talons. Elle se retrouva assise à califourchon sur lui, son buste collé à son torse, les pointes dressées de ses seins frottant contre ses pectoraux.

Elle captura la bouche de Blaise pendant qu'il l'aidait à se mouvoir sur lui en empoignant ses hanches, leurs mouvements gagnants en vitesse et en profondeur. Tout à coup, Hermione décolla, plantant ses ongles dans le dos de son ami qui se cambra à son tour et se déversa en elle. Essoufflés, épuisés, ils se laissèrent tomber mollement sur le lit, côte à côte, attendant que leurs palpitations se calment.

Au bout de plusieurs longues minutes, Blaise se retourna vers son amie, la tête en appui sur sa main:. On ferait mieux de dormir… Il lui colla un baiser sur la joue et quitta son lit en remontant la couette sur elle. Et il partit en souriant. Hermione se retourna, se pelotonnant dans sa couette, le sourire aux lèvres… C'était ça! Exactement ce qu'elle voulait! Pas de prise de tête, pas de gêne entre eux: C'était parfait… Il fallait que ça dure comme ça!

Elle ferait tout pour cela en tout cas. Just In All Stories: Story Story Writer Forum Community. La guerre n'a jamais eu lieu, car Voldemort n'existe pas. De même qu'il n'y a aucune rivalité entre les différentes Maisons de Poudlard. Blaise et Hermione, outre le calme plat de leurs vies sentimentales, avaient instauré une petite vie calme et routinière, dans laquelle ils se complaisaient… du moins, en apparence… En effet, leurs semaines se suivaient et se ressemblaient, inlassablement: Nos amis étaient donc assis en tailleur autour de la bouteille couchée au milieu et Parvati lança les hostilités: La blonde regarda sa montre, réfléchit un instant et lança, pas le moins gênée du monde: Drago pinça les lèvres, puis, baissant la tête, répondit: Faisant tourner la bouteille à son tour, il interrogea Harry: As-tu couché avec une fille depuis Daphné?

Je n'ai plus couché avec personne depuis le moins de juillet! Quelle est la position préférée de Luna? Je t'ai jamais vue aussi mélancolique!







Le sexe chien sexe au magasin


Sexe et mat sexe gratuit français